Les Tocs

Catherine Rausch de Traubenberg, psychologue, psychothérapeute et psychanalyste à Draveil et à Vigneux-sur-Seine vous explique les Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOCs)

Les TOCs se manifestent par des actes ou des pensées répétés de très nombreuses fois de manière irrépressible : gestes rituels, pensées qui s’imposent, obsessions qui font irruption dans les pensées. Ils sont en même temps reconnus et combattus. Les TOCs sont envahissants, ils surviennent sans laisser l’esprit en repos. Les personnes en proie à ces troubles reconnaissent leur absurdité et s’efforcent en permanence de les chasser et de les neutraliser, c’est une lutte et une résistance qui peut prendre des proportions considérables.

Les TOCS sont assez fréquents, ils débutent généralement à l’adolescence, parfois dès l’enfance. On les a longtemps sous-estimés car les personnes souffrant de TOCs ressentent de la honte, ils cachent leur trouble et consultent tardivement.

Exemples de TOCs :

Représentations ou craintes envahissantes :

  • mot ou représentation à connotation monstrueuse, répugnante ou obscène qui s’impose sans arrêt;
  • Problèmes métaphysiques, raisonnement ruminés et ressassés ;
  • Scrupules ou doutes concernant ses propres décisions ou actions induisant d’interminables débats de conscience ;
  • Crainte permanente d’être amené à agir contre sa volonté, à commettre un acte incongru, indécent, dangereux ou criminel ;
  • Crainte permanente des contaminations ou des souillures tels que la saleté, les excréments, le sperme, les microbes, les maladies, la pollution….

Gestes et pensées compulsives :

  • Laver, nettoyer plusieurs fois de suite, vérifier sans fin (la fermeture de la porte, des fenêtre, de l’arrivée du gaz etc…), arranger des objets de manière répétée ;
  • prononcer ou se réciter mentalement un nombre précis de fois, des mots, des listes de mots, des formules conjuratoires, manipuler des chiffres ;
  • Exécuter dans un ordre très précis des séquences d’actes élémentaires minutieusement codifiés. Toute forme de distraction oblige à tout recommencer.
     

L’apparition de TOCs est toujours associée à l’angoisse. Les compulsions obsessionnelles permettent de diminuer l’angoisse et apportent dans un premier temps un soulagement, ce qui conduit à la répétition des actes entraînant une spirale sans fin. Ainsi, les Tocs peuvent prendre un temps considérable, bouleverser la vie quotidienne, et devenir en fin de compte générateurs d’angoisse en eux-mêmes. Les personnes souffrant de TOCs consacrent parfois plusieurs heures par jour à leurs rituels sans pouvoir s’en libérer. Ils sont conscients de l’aspect absurde et disproportionné de leur acte. Mais ils ne parviennent pas à les contrôler.

Dans la théorie psychanalytique, les troubles obsessionnels sont le résultat de conflits inconscients. Ceux-ci génèrent une grande angoisse qui va se reporter sur les actes compulsionnels. Les TOCS constituent un mécanisme de défense particulier: le déplacement. L’objet de l’angoisse est déplacé (de manière inconsciente) sur les gestes et pensées obsessionnels. Les TOCs n’ont pas de rapport évident avec la cause de l’angoisse, d’où leur caractère absurde et incompréhensible.